Samantha, ma copine, sommes très complice dans la vie. Elle a un don pour raconter des histoires de sexe, pour m’exciter. Je dois avouer, qu’elle en profite aussi. La nuit se passe souvent à faire l’amour des heures entières. Un soir, alors que nous étions couchés, entièrement nus, en train de nous caresser, ma copine me proposa de me raconter une histoire.
Cette histoire est une histoire de pure fiction, que ma copine a inventée.
« Vas-y ma chérie, lui dis-je, je t’écoute…fais moi mousser »

OK. En fait, tous les lundi soir, nous allons à la piscine municipale.
On se dirige vers l’hiver, même s’il n’a pas encore tout à fait frappé, l’idée de s’imprégner d’un bon bain chaud à remous, est parfaite.
Quand nous arrivons, nous prenons chacun un vestiaire pour nous changer.
Je porte déjà mon maillot. Je n’ai donc que mes vêtements de dessus à retirer. Je me dirige et entre dans la grande piscine qui est à température idéale. Je commence à me détendre, attendant que tu me rejoignes.

Pendant que j’attends, je vois un autre gars sortir de l’un des plus petits bains à remous et se diriger vers l’endroit où je suis. Il es vêtu d’un boxer.
Alors qu’il marche, je peux voir que c’est un mec assez séduisant, avec un beaux visage. Je dirais…la quarantaine. Il est plutôt canon.
Il entre dans la grande piscine et regarde dans ma direction. Nos regard se croisent, et échangeons un petit sourire.
Peu à peu, il se dirige vers moi et entame une conversation.

-Hello, comment ça va? il dit.
-Très bien dis-je.
-Vous êtes ici toute seule ?
-Non, mon petit ami est en train de se changer, je l’attends.
-Oh vraiment ? Cool…l’eau est bonne, n’est-ce pas ?
-Excellente…

Et puis il y a un léger silence, pendant que nous profitons chacun de la soirée et de la belle eau chaude.

-Vous êtes sure que vôtre petit ami est là? dit-il . Je ne le vois nulle part.
-Bien sur qu’ il est là, il prend juste son temps, c’est tout.
-OK…bien sûr.

Sur ce, il se rapproche un peu plus de moi. Je peux voir ses yeux parcourir mon corps, s’attarder sur mes seins avec de l’appréciation dans ses yeux.
Mon maillot est petit et me donne fière allure, donc je ne peux lui en vouloir… C’est vrai qu’il est vraiment canon, alors je dois admettre que j’aime sa façon de me regarder, même si je sais que tu n’aimeras probablement pas. Mais je me sens désirable ce soir, et commence à me sentir un peu coquine.

-On vous a déjà dit que vous aviez un beau corps…fait-il
-Oui, c’est ce que mon petit ami me dit.
-Je parie…je commence à me demander si ce petit ami existe…
-Mais si…il prend juste son temps…je me demande où il est.

Je me tourne pour te chercher mais je ne te vois nulle part.

Le bel inconnu regarde aussi, et quand il est évident qu’il n’y a personne d’autre autour, il se rapproche encore un peu et pose doucement sa main sur mon épaule. Il me regarde droit dans les yeux avec un sourire et me caresse doucement le bras, ma main et sur ma cuisse.
C’est tellement agréable dans l’eau chaude, et je souris en retour sans le vouloir. Cela lui donne un peu de confiance et il remonte sur ma cuisse, sur ma hanche et ma taille. C’est très agréable.

-Mon petit-ami sera là d’une minute. À l’autre…dis-je.
-C’est OK, alors qu’il continue de me caresser. J’arrêterai quand il arrivera…
-D’accord, je dis.

Il prend bien sûr cela comme une autre invitation, et sa main devient un peu plus audacieuse. Alors qu’il remonte vers ma taille, il incline sa paume vers l’intérieur de sorte que le talon de sa main, soit en contact avec mon sein.
Il le brosse juste doucement, mais un éclair d’électricité me traverse, pénètre dans mon corps, pour finir au creux de mon ventre, se terminant jusque dans mon clitoris.
«Oh mon Dieu…Je me dis, où est-ce que ça va ???

Il me voit répondre à son toucher tandis il pose sa main sur mon sein, le prend doucement en coupe et le soulève. Mes genoux faiblissent alors que mon corps commence à vibrer d’excitation sexuelle.
Il serre doucement et me caresse…et j’adore ça !!
Il se déplace lentement derrière moi et pousse contre mes fesses.
Une main s’enroule autour de moi et prend mes seins, tandis que l’autre se pose sur mon ventre et commence à descendre…
Je me replonge en lui, aimant toute l’attention qu’il me porte, quand soudain je me souviens de toi !!!

J’ouvre les yeux et je te vois, là, à l’extérieur de la piscine, à me regarder.
Mais tu n’as pas l’air en colère, juste un peu choqué. tes yeux sont grands ouverts et ta bouche légèrement ouverte d’incrédulité. Nous nous regardons pendant que le gars derrière moi poursuit ses douces caresses.
Lentement, tu descends dans la piscine, et t’assois sur une marche.
Je regarde pendant que tu me donne silencieusement ton consentement, en ne réagissant pas, en ne te mettant pas en colère contre moi, tout en ne disant. Tu restes restant simplement assis là, à me regarder.
Je me demande si cela ne t’excite pas.

Pendant ce temps, l’inconnu derrière moi tire doucement sur mon haut de maillot, pour libérer mes seins.
Et bien sûr, sans trop de problèmes, ils sortent dans l’air frais de la nuit.
Nous sommes debout dans la piscine et ma moitié supérieure est hors de l’eau, mes bourgeons s’érigent à l’air frais, deviennent extrêmement durs, et ses doigts sur eux sont d’une incroyables douceur.
Je ferme les yeux et laisse échapper un petit gémissement.
Son autre main descend à l’intérieur de mon maillot, vers ma chatte humide et lisse. Je peux sentir sa queue contre mes fesses, et elle a l’air grosse !!
Mon excitation monte d’un cran, devient incontrôlable.
Je passe une main passe derrière moi, part à la conquête de cet énorme objet de désir. Je le saisit à travers le tissu, avec convoitise !!!

Tu dois vivre d’intenses émotions. D’un côté, tu es incroyablement excité par tout cela, et de l’autre, ton honneur masculin engendre une intense jalousie.
Voici un autre homme que toi, avec ses mains posées sur moi, sur mes seins nus, se dirigeant vers ma chatte chaude. Et j’ai l’air d’adorer ça !!
Cette combinaison d’émotions est un mélange lourd, et tu t’aperçois que ta queue est dure comme un roc dans ton maillot. Inconsciemment, tu introduis
une main, caresse ton sexe.
Tu es incapable de décider si tu m’arrêtes, ou si tu me laisses continuer, mais ton indécision m’incite à poursuivre. Je te vois te frotter la bite, et je prends ça comme un consentement.

Je glisse ma main dans le boxer de mon bel inconnu, et trouve une queue monstrueuse. Elle se sent si bien, au chaud dans ma main.
Je me demande si tu es d’accord pour que je baise ce mec devant toi ce soir. Je me rends compte que mon bel inconnu, a compris ton indifférence.
Et il n’a pas l’intention de s’arrêter, à moins que quelqu’un d’autre ne l’arrête. Mais c’est un gars câblé pour baiser…Et qui peut le blâmer?

Je le sens tirer mon bas de maillot sur mes fesses pour libérer l’espace. Je commence à me frotter à cet énorme calibre de chair.
C’est super, et je peux voir que tu doutes de ce qui se passe, alors que tu baisses les yeux. Tu as l’air un peu effrayé et choqué, de voir les mains d’un autre homme sur moi. Impassible, je continue.
Je sens la tête de sa queue à l’entrée de ma chatte. Je pousse dessus, je pousse cette colonne massive en moi et la sens m’ouvrir !
Puis il m’attrape par les hanches et me tire vers lui, glissant lentement en moi alors que ma chatte est entièrement ouverte.
Putain, je peux prendre la queue de ce gars ? Elle est gigantesque.
L’eau gêne notre lubrifiant mutuel, alors je lui murmure.
« Sortons de l’eau »
Je me retire, prends sa bite en main, et le conduis jusqu’aux marches.
Plus nous nous approchons, toi et moi avons nos yeux rivés un à l’autre.

-Salut Kevin, dis-je avec un sourire.
-Salut Samantha, tu me réponds.

Tu t’écartes pour nous laisser passer, sa bite frôlant presque ton visage. Dès qu’on est hors de l’eau, je tombe à genoux devant lui, et prends sa queue en bouche. Je me mets à le sucer, à quelques centimètres de toi. Il à l’air d’adorer ça…toi non.
Je sens sa queue palpiter dans ma bouche. Mes doigts ne se rencontrent pas autour de la tige, elle est si grosse, si épaisse, plus que ton poignet.
L’inconnu me repousse, s’allonge sur le dos, me fait signe de venir.
Je dois me tortiller pour le mouiller suffisamment, afin qu’il puisse mieux me pénétrer. Je m’accroupis, m’empale sur son énorme pieux. Il me prend par la taille, impose le rythme, pousse de plus en plus fort sa bite en moi. Elle est vraiment énorme. Mais petit à petit, de façon saisissante pour moi, ça rentre.

Je peux voir que tu ne sais pas si je te parle, ou si je parle à mon nouveau mec, moi-même je ne sais pas non plus !! Il est mon amant maintenant.
Mon nouvel amant, avec son énorme bite en moi, me baisant devant toi
Je suis ouverte au maximum, à bout de souffle, et je me sens vraiment bien.
Je sens ma mouille couler sur son impressionnante queue, et réchauffer ma chatte pour qu’elle puisse supporter sa taille. Et lentement, mais sûrement, je commence à la prendre, et la prendre bien.
Putain c’est bon !!! C’est si bon d’être remplie, empalée sur une bite géante.
“Oh mon dieu j’adore cette grosse bite !!!”

Ton visage couvre de rictus sous l’émotion déchirante, tandis que tu assiste à mon premier et terrible orgasme. J’imagine ta queue tendue rouler entre tes doigts dans ton maillot. Tu l’as libères, la branle. Je peux voir que tu es perdu dans une luxure sexuelle totale.
Cela me donne la liberté de lâcher prise, et je commence à gémir à chaque poussée qu’il me donne. Et tu sens à mes cris, que je vais venir. Et je viens
fort, sur cette bite incroyablement épaisse.
Soudain, c’est toi qui viens, lâchant ta charge vers moi, et ta chaude giclée me frappe au visage, m’éclabousse les seins. Tu gémis fort toi aussi.
Et puis mon nouveau mec me serre fort, et je peux sentir sa bite palpiter alors qu’il gicle au fond de ma chatte. Il hurle de plaisir, en se relâchant en moi, encore et encore.
Je vois tes yeux sortir de ta tête alors que tu réalises ce qui se passe

-Oh…ce putain d’étalon, vient en toi, cris-tu.
-Oui chéri, désolé…et je suis aussi désolé de te dire que c’est très puissant.

Je tiens mon nouvel amant, serré contre moi, pour qu’il puisse finir de se vider les couilles, aussi profondément qu’il le peut.

-Désolé mon chéri, mais ça fait tellement du bien.
-Salope, souffles-tu… tu n’es qu’une vrai salope.

Je fis fi de ta remarque, préférant me consacrer à mon nouvel amant, alors que ton visage en sueur, exprime une totale déception.
Il te regarde dans les yeux et dit.

-C’est un super coup ta femme…une vraie salope.
-C’est toi qui m’a rendu salope, répondis-je.

Il a remonté son short et s’est dirigé vers les vestiaires.
Tu restes incrédule et sans voix. Je vois ton visage fixer ma chatte, et je viens lentement vers toi. Je tire ta tête dans ma chatte et sens tes lèvres aspirer le sperme qui en découle. Je sens ta langue qui me lèche, qui nettoie avec minutie mon petit bouton entièrement décalotté. Tu gémis de désir en avalant ma cyprine. Je sais que tu détestes ça, boire la semence d’un autre homme, mais j’espère que tu le referas. J’essaierais de changer le menu.

Lentement, je te repousse, et me dirige à mon tour, vers les vestiaires.
Comme d’habitude, tu es toujours à la traîne. Les premiers bruits que tu entends, en entrant dans ta cabine, ce sont mes gémissements de plaisir.
En effet, j’ai rejoins mon amant sous la douche.

-Oh putain…c’est vrai qu’il manquait se trou…c’est nouveau pour moi.
-Pourquoi…ton copain ne t’a jamais enculé.
-Penses-tu…il n’en est pas capable…
-Et t’aimes ?
-C’est tellement bon d’avoir une grosse queue dans le cul…

Je sais que dans ta cabine, tu dois mousser. Savoir que ta copine se fait sodomiser par un inconnu, alors que toi, tu n’y as jamais eu droit, dois te faire mal au cœur. Encore plus mal, quand j’atteins un terrible orgasme qui, j’en suis sure, doit résonner dans tes oreilles.
C’est en le tirant par la queue, que j’emmène mon amant aux vestiaires.
En passant devant ta cabine, je t’entends taper du poing contre la paroi.
Avant de partir, je cours vers mon nouvel amant, et nous nous embrassons farouchement devant toi, et j’obtiens son numéro.

Nous sommes couchés sur le côté, face à face. Samantha me regarde d’un air coquin. Je m’approche, l’embrasse et éclatons de rire.

-Voilà mon chéri, mon histoire t’a plus ?
-Viens ici salope, on a un compte à régler…ah t’aimes les grosse bites…je suis pas capable de t’enculer…je vais te montrer…
-Hé, doucement, t’as tant envie que ça…moi aussi mon chéri…baises moi.

La nuit fut torride. Pour pimenter nos rapports, Samantha ressassait en boucle à mon oreille, les passages brûlant de son histoires. On les a tous refait, en se promettent qu’un soir, nous deux, retournerions à la piscine.
La nuit n’a pas suffit. Les volets sont restaient clos, tout le week-end.

Vous avez aimé ce récit érotique ? Tweeter

Source

Histoire fantastique de ma copine

Published on