L’ondinisme est-il une pratique courante et sans danger ?

» Bonjour, j’aimerais vous faire part d’une pratique qui m’excite autant qu’elle ne me trouble. Un soir, en sortant d’une soirée bien arrosée, nous étions sur un petit sentier peu fréquenté, quand ma femme a eu envie de faire pipi. J’ai collé ma main contre son sexe humide et je lui ai demandé de m’arroser de son urine. Mais, inhibée, elle n’a pas osé. Nous nous sommes écartés du chemin et elle s’est accroupie derrière des buissons. Je lui ai demandé d’accepter de nouvelles règles du jeu : elle devait retirer sa culotte, et je la lécherais jusqu’à ce qu’elle cède et m’inonde le visage. Ma langue a longtemps fouillé son sexe avant qu’elle ne craque. J’ai senti un jet d’urine chaud contre mon visage et j’ai nettoyé son minou. Cette expérience a été pour moi d’un érotisme troublant. Depuis, nous renouvelons parfois l’expérience : je lui demande de boire une grande bouteille d’eau et de se retenir pour que je puisse éprouver à nouveau ces délicieuses sensations. Mais je me demande si ces pratiques sont courantes dans les jeux amoureux, et surtout, si elles sont dangereuses. Pouvez-vous me répondre ? »

Une variante des plaisirs sexuels

Dans le domaine sexuel, il existe de nombreuses variantes, et cette pratique, sans être très répandue, est bien connue. L’urine – sauf en cas d’infection urinaire – est un liquide biologique comme un autre, pas plus propre, mais pas plus sale. Pour de nombreuses personnes, cela va sans dire, se faire arroser d’urine ou la boire est considéré comme désagréable, voire dégoûtant.

Jugée, souvent à tort, comme étant une pratique dégradante pour le donneur ou le receveur. Je vous laisse prendre le soin de consulter notre article, qui s’intéresse tout particulièrement et dans les détails à l’urophilie : L’urophilie : le fantasme doré.

Une pratique responsable pour plus de plaisir

Mais pourquoi vous en préoccuper, si vous y trouvez votre bonheur et que votre femme ne s’y oppose pas ? Lors de situations gravissimes de survie en montagne ou en mer, boire sa propre urine peut éviter de mourir de déshydratation, et les animaux eux-mêmes, se lèchent après avoir uriné pour se nettoyer.

Sur le plan strict de la santé, il n’y a pas grand risque à faire cela. À condition toutefois, d’être certain que l’urine absorbée soit dépourvue de germes, pouvant transmettre des maladies. De la même manière, il est important de rester vigilant dans l’éventualité où l’urine déversée contiendrait des traces de sang. Il faut s’assurer avant et après que le partenaire ne soit porteur d’aucune maladie, ou virus tel que le VIH, auquel cas, vous pourriez en être infecté.

Le fait, par ailleurs, que vous le pratiquiez après que votre femme ait bu une grande quantité d’eau est très bien. En effet, cette absorption minérale dilue son urine, et amoindrit les risques potentiels.

Je terminerais ma réponse sur ces mots : dès lors où votre femme et vous-même trouvez une satisfaction et une excitation en cette pratique, rien ne peut la proscrire. En tant qu’adultes responsables et que couple complice, vous êtes en plein conscience de vos actes.

A LIRE AUSSI

Quels sont les risques liés aux jeux humides comme l’urophilie ? 

Histoires d’urophilie(s)

Source