Je voulais vous envoyer une lettre érotique à destination de la plus belle femme du monde, la mienne, Stéphanie. Nous nous sommes rencontrés lors de nos études, dans une soirée miteuse et très alcoolisée, entre deux matelas posés au sol et très sales. J’ai su à ce moment-là, qu’elle allait devenir ma femme. Voici mon histoire porno.

Elle était spéciale

Il est difficile à dire comment je l’ai su, mais c’est simple, quand son regard a croisé le mien, je savais qu’elle deviendrait une personne « spéciale » et je ne me suis pas trompé ! Les odeurs de cigarette, la musique qui grésillait, le rire des potes… Je me souviens encore avec précision de cette ambiance si singulière qui a marqué ma vie définitivement. Stéphanie fait partie de ce genre de femme qui aime le sexe, et nous partageons ça en commun. Elle aime aussi énormément l’exhibition, et ça m’excite à fond. 

Quand nous partons en vacances tous les deux (pour le moment nous n’avons pas encore d’enfants), nous adorons nous lancer quelques défis coquins, toujours sur la thématique de l’exhibition. Parfois, elle doit demander à un serveur s’il peut toucher ses nichons. Parfois, elle doit se faire bronzer les fesses au soleil. Parfois, elle sort les poubelles nue sous son peignoir sans avoir le droit d’attacher la ceinture. 

Tout ça l’excite au plus haut point, et je dois bien avouer que moi aussi. Le dernier défi en date ? Elle devait se mettre nue… sur le lit d’amis qui nous avaient invités à dîner chez eux ! Autant vous dire que nous ne tenions pas en place durant tout le dîner, nous avions beaucoup de mal à nous concentrer sur ce que nos amis disaient.

Nouveau défi coquin

Nous réfléchissions simplement à la meilleure excuse pour se ruer dans leur chambre et prendre des photos à poil sur leur lit. C’est Stéphanie qui a trouvé la meilleure excuse ! Elle a fait semblant de vouloir me reprocher un truc à propos du dessert et de mon régime fictif et m’a dit, d’un ton très solennel : « Est-ce que je peux te parler à part quelques minutes s’il te plaît ? ». Nous sommes partis de la table en rigolant comme des gamins, laissant nos deux amis un peu hébétés par la situation. 

Stéphanie s’est déshabillée à la hâte et a écarté sa belle chatte sous mes yeux (et l’objectif de l’appareil photo !). Elle était magnifique, le sourire aux lèvres et l’entrejambe luisante. Je n’ai pas pu résister à son chant des sirènes, je bandais comme un fou ! J’ai eu le temps de la baiser, de la sodomiser et de jouir dans son bel abricot. Mon sperme coulait superbement sur ses lèvres et sur le haut de sa cuisse, c’était magnifique. Stéphanie se retenait comme elle pouvait de ne pas faire de bruit pour éviter que nos amis se rendent compte de la supercherie.

En se rhabillant, elle m’a dit : « N’oublie pas d’avoir l’air fâché en redescendant, nous nous sommes bien éclipsés dix bonnes minutes. ». Et nous nous sommes emmurés dans un silence mutuel (mais si complice !) jusqu’au café.

Si vous avez aimé, vous aimerez aussi…

Exhibitions sulfureuses

L’origine de notre échangisme

J’ai osé l’exhibitionnisme ! 

Source

Nos défis de couple

Published on