OnlyFans, c’est quoi ?

C’est en 2016 que la site internet voit le jour sous la toile sous l’impulsion de (créateurs ?). L’idée est simple : les influenceurs (fitness, beauté, lifestyle, etc.) peuvent proposer un contenu « premium » exclusif  contre rémunération (souvent un abonnement mensuel). Ce sont leurs fans qui sont leur premiers clients, près à débourser quelques dizaines de dollars mensuels pour l’impression de proximité avec leur « star » préférée. C’est ce qu’on appelle l’économie de la passion ! Une façon de monétiser un contenu unique, singulier, porté par des personnalités qui monétisent leur audience.

Officiellement accessible aux plus de 18 ans, du fait de ses nombreux contenus à caractère sexuels, les mineurs parviennent tout de même à se créer un compte. C’est avec la crise sanitaire et les nombreuses pertes d’emplois, que l’application Onlyfans connait une ascension fulgurante. Le site, devenu de plus en plus populaire dès mars 2020, a permis aux travailleurs et travailleuses du sexe (et aux autres) d’avoir une source de revenu plutôt rentable.

Dans un article, Le Progrès déclare que depuis la pandémie de Covid-19, la société : » a réalisé un chiffre d’affaires de plus de 2 milliards de dollars. Plus de 150 millions d’utilisateurs et quelques 2 millions de créateurs de contenu sont sur OnlyFans, et presque 500 000 nouveaux utilisateurs rejoignent la plateforme chaque jour. « . Onlyfans fait couler beaucoup d’encre, notamment au sujet des mesures de sécurité. Lors d’une déclaration à la BBC, le site affirme : «  Nous révisons constamment nos systèmes pour nous assurer qu’ils sont aussi robustes que possible. Si nous sommes alertés d’une personne mineure qui a obtenu ou tenté d’obtenir un accès illégitime à la plateforme, nous prendrons toujours des mesures immédiates pour enquêter et suspendre le compte. « .

Bannir les contenus pornographique

Jeudi 19 août, la plateforme communiquait son envie de bannir les contenus pornographiques. Cette décision fait suite aux nombreuse pressions des banques en partenariat avec le site. Ce n’est pas la première fois que les sociétés de paiement se détachent d’une plateforme diffusant des contenus pornographiques. On rappelle la dissolution, l’année dernière, de PayPal, Visa et Mastercard, avec le géant du X Pornhub.

Onlyfans connaitrait-il le même sort ? Le site, visé depuis plusieurs semaines par une enquête de la BBC, qui avait publié une série d’articles dénonçant des manquements dans sa modération. Dans celui-ci, il  lui est reproché de ne pas avoir fermé automatiquement des compte même s’ils ne respectaient pas les conditions d’utilisation du site (pédopornographie, revenge porn, etc.). En particulier, ils n’arrivent pas à empêcher les mineurs d’apparaitre dans des vidéos à caractère sexuel.

Après son annonce de retirer les contenus pornographiques à la mi-août, la plate-forme est finalement revenue sur ses déclarations. De nombreuses voix se sont faites entendre tout au long de la semaine. Face à ces nombreuses protestations, Onlyfans semble se rétracter et n’en aurait sûrement pas fini avec le porno. C’est dans un tweet posté ce mercredi 25 août, que le compte officiel assurait à ses utilisateurs avoir : « réuni les garanties nécessaires pour soutenir notre communauté diverse de créateurs et avons suspendu le changement de réglementation prévu pour le 1er octobre. », en ajoutant faire » front pour l’inclusion » et » à offrir un hébergement à tous les créateurs « .

Toute cette histoire a semé la zizanie entre Onlyfans et certains adeptes. Il semblerait que la confiance soit rompue, comme le montre un tweet adressé au compte officiel : » Si vous pensez honnêtement que cela fera revenir tout le monde, vous vous trompez. Si vous envisagez de retourner sur OF, réfléchissez-y bien. Ils ont pris notre labeur, construit leur notoriété, puis nous ont jetées au bord du trottoir. « . Cette nouvelle décision sera-t-elle suffisante pour récupérer les créateurs de contenus et leur audiences ? L’avenir nous le dira…

A LIRE AUSSI 

Les plus grands musées du monde veulent poursuivre Pornhub en justice 

Nathalie Andréani, de la télé-réalité aux plateformes X 

Ère post Tumblr : les nouveaux réseaux sociaux consacrés au sexe 

Source

Onlyfans : avec ou sans contenus pornos ?

Published on