Pipe pour la collectivité !

Je rends mon mec ouf, il est trop fan de moi. Je suis la prunelle de ses yeux et il me le fait sentir tous les jours. Loin de me sentir comme sa chose, j’aime trop au contraire voir passer dans son visage la folie qui le traverse quand il me voit ou quand il veut me baiser. Nous sommes un couple de trentenaires mécanos, qui avons ouvert un garage et nous faisons vraiment tout ensemble : le boulot, la bringue et bien sûr les petites gourmandises de la vie. Et comme nous sommes coquins sur les bords, nous nous lançons parfois des petits défis de couple pour donner un coup de boost à nos rapports. L’autre jour, mon mec Romain m’a dit qu’il aimerait vendre des photos de moi en train de le sucer sur Internet. J’étais un peu sceptique au début, mais en fait l’idée m’a trotté dans la tête. Je m’appelle Rose, j’ai 34 ans et voici mon histoire porno.

Une séance photo ?

Un soir, nous étions au garage tous les deux, en train de régler un souci sur une bagnole quand je lui ai annoncé. “ Je veux bien, pour les photos. On peut même s’y mettre dès maintenant ! ”. Je m’étais préparée, maquillée, j’avais mis un joli soutif sous ma combi crade de boulot. Pris de court, mon mec a dit : “ Mais, on a cette voiture à rendre demain.”, “Allez, on peut faire ça vite fait, tu m’excites dans ton uniforme de mécano.”. Et c’était vrai, que je l’aimais dans ces blouses rouge sombre qu’on a pour taffer, il était tout beau dedans, un peu en mode pompier sexy.

Je me suis débarrassée de la mienne pour finir en sous-vêtements. Puis, sans me prendre la tête, j’ai ouvert d’un coup la portière devant moi de la voiture qu’on nous avait confiée pour me mettre sur la banquette arrière à quatre pattes. Je pouvais le provoquer du regard à travers la vitre, lui était de l’autre côté de la caisse. Je me suis tournée dos à lui pour lui montrer mon string et l’appâter. Il a pris une photo qui a eu son petit effet sur lui. Il s’est mis tout nu, a ouvert sa portière et m’a rejointe sur la banquette.

Ah, tout de même ! Il s’est étendu sur les sièges et je me suis mise au-dessus de lui pour me mettre à le sucer. Au simple fait de m’avoir vue à quatre pattes dans la voiture, ce qui n’était vraiment pas un endroit où on était censés faire des galipettes car on risquait de tacher les sièges, il avait un barreau pas possible. Mes longs cheveux noirs passés au brushing sont venus fricoter avec sa queue et la caresser de leurs pointes, mes yeux soulignés de mascara noir se sont fermés. Ma bouche intrépide s’est ouverte en grand sur sa queue que j’adore trop.

Je l’ai prise dans ma main gauche pour la guider contre ma langue et mon palais. Je vénère cette trique qui sait tant me satisfaire, ce gland si mignon et bien fait qui mousse de plaisir, et cette grosseur qui remplit ma main. Sous moi, son corps était parcouru de frissons. J’adorais qu’il perde le contrôle sous mes caresses. Il s’est mis à prendre des photos. “ Tu vas rendre fou les autres mecs.”. L’idée que ces photos finissent sur Internet ou soient vendues m’excitait encore plus. J’aurais pas cru, mais j’avais la chatte comme une flaque, qui mouillait et irriguait tout mon corps de plaisir.

Mannequin à mes heures perdues

J’ai caché un peu mon visage à l’aide de mes cheveux pour ne pas être reconnue et pour me sentir encore plus libre de me lâcher, d’être dans le don de moi à mon homme. Comme ça, je pouvais le téter avec encore plus de conviction, en ralentissant ou en accélérant en fonction de ses gémissements. Mais qu’est-ce que je l’aime, ce mec ! Qu’il veuille me partager avec d’autres types en balançant mes photos et en disant “ regardez ma femme comme elle est bonne ”, ça ne m’offusquait en rien, ça me faisait vraiment kiffer. L’idée que ces gars-là se branleraient et se feraient plaisir avec notre plaisir, avec moi en train de donner du plaisir, c’était un délire pour moi, un truc à foutre le tournis, qui me paraissait sur le moment terriblement désirable.

Une pipe pour la collectivité ! Je me suis arrêtée pour qu’il photographie ma bouche de suceuse, cette bouche par laquelle venait le plaisir, cette bouche aux pouvoirs magiques, comme il dit. J’ai même pris des poses de minettes en ouvrant la bouche devant son gland, sans pour autant l’avaler, mais en ne faisant que l’effleurer de mes lèvres. Et dans ma main je sentais son coeur battre dans son sexe. Il a passé une main dans mes cheveux mais j’ai résisté, le caressant toujours bouche ouverte. Il devenait fou.

J’ai sorti ma langue pour le titiller avec le bout de ce muscle fascinant, et il a gémi encore. Il allait tellement jouir, il allait falloir qu’on fasse gaffe à la caisse. L’habitacle commençait à sentir le cul. J’étais prise entre son corps et le siège avant, mais cette sensation d’être contenue me plaisait bien. Quand il a été clair qu’il n’en pouvait plus, je l’ai avalé d’un coup et je l’ai fait plonger dans ma gorge. Douce caresse que cette pipe intense… Son sexe était plein de spasmes, ses jambes aussi. J’avais tout le pouvoir sur lui et les mecs qui se branleraient sur mes images ne s’y tromperaient pas. J’ai avalé le foutre qui a dévalé dans ma bouche quand il m’a dit qu’il allait jouir. Je ne l’avais jamais fait, mais j’ai trouvé ce geste très érotique. Et ainsi, la voiture était clean ! Il était vidé, mais nous avons repris nos activités de mécanos dans nos blouses qui collaient à nos peaux en sueur.

A LIRE AUSSI

Graissée par le garagiste 

Coup fourré à l’arrière 

En voiture Simone !

Source