La consommation pornographique des jeunes

La marque de préservatifs Eden Gen souhaite sensibiliser les 15-25 ans sur l’impact que les films X peuvent avoir sur la sexualité. Plusieurs études se sont intéressées aux fortes consommations pornographiques des jeunes. Le premier sondage sorti sur ce sujet a été commandité par la plateforme Je protège mon enfant. Le site d’informations est dédié à la prévention et à la protection des mineurs, contre l’exposition des contenus pornographiques en ligne. Il propose des outils, des conseils et des ressources pratiques pour mieux informer les parents afin qu’ils protègent leurs enfants.

À l’heure où Internet rend plus accessible que jamais tout type de contenus, pornographie compris, l’objectif est de protéger la sensibilité des plus jeunes. En 2018, la plateforme diffuse un sondage révélant des chiffres qui peuvent faire grincer des dents. On apprend qu’à 12 ans, un enfant sur trois a déjà été exposé à un contenu pornographique. Et, que 62% des jeunes ont vu leurs premières images pornographiques avant leur entrée au lycée (soit avant 15 ans). Parmi eux, la moitié des jeunes sondés avouent avoir été choqué face à ce type de contenus. Il n’en fallait pas plus pour tirer une première sonnette d’alarme !

Une autre étude, cette fois-ci réalisée par l’institut Opinion Way pour les laboratoires Majorelle à l’origine d’Eden Gen, s’est aussi penchée sur le sujet. Le chiffre choc relayé par Neon Mag ?  « 38 % des 15-25 ans affirment que la pornographie a joué un rôle important dans leur éducation à la sexualité. 41 % déclarent même qu’elle a impacté leurs pratiques sexuelles, même si 80 % sont tout de même conscients que certains films X peuvent véhiculer une image déformée de la sexualité et la vision de la « femme objet« .

Pour revenir à une sexualité plus proche de la réalité… et si on essayait de se désintoxiquer durant un mois des grosses plateformes de X ?

Le mois de sevrage

Un mois de sevrage pour changer sa vision du sexe ? Et pourquoi pas ! Les Français qui le désirent et qui s’en sentent capables pourront se rendre sur le site Sextember et suivre la démarche suivante : accéder au « starter pack » dispo sur le site.  À l’intérieur vous y trouverez : des podcasts, des masturbations guidées (pour tous), des films (pas porno), ainsi que des infos et astuces partagées par des professionnels de la santé. 

L’objectif est de remettre le porno à sa juste place. Comme l’explique le laboratoire Majorelle : « proposer à la jeune génération une alternative à la pornographie avec du contenu ludique et attractif pour leur permettre de (re) développer leur créativité, les aider à trouver les réponses qu’ils vont chercher sur ces sites et enfin casser les fausses idées sur la sexualité véhiculées par le porno« .

Mais si vous souhaitez jouer le jeu à fond, en vous satisfaisant simplement des articles hebdomadaires et des tutos branlettes, téléchargez l’extension « Sextension« . Elle bloquera, temporairement, votre accès aux sites pornographiques.

Alors prêts pour la cure ? Pas de panique, on se retrouve en octobre (ou pas…)

A LIRE AUSSI 

Onlyfans : avec ou sans contenus porno ? 

Addiction au porno, des solutions ? 

Quand le porno rend les jeunes sexistes 

Source

Sextember : le mois sans porno

Published on